Dans le cadre du projet collaboratif interdisciplinaire WildTimes (ANR) impliquant Virginie van Wassenhove (CEA/NeuroSpin, INSERM, Cognition & Brain Dynamics), Simone Morgagni (SNCF, Innovation & Recherche, Expérience & Cognition) et Valérie Gyselinck (IFSTTAR, Psychologie des comportements et mobilités), nous cherchons des étudiants de master enthousiastes pour mener des expériences de psychologie et neurosciences cognitives (voir résumé ci-dessous). / In the context of an ongoing collaborative and interdisciplinary project WildTimes (ANR) implicating Virginie van Wassenhove (CEA/NeuroSpin, INSERM, Cognition & Brain Dynamics), Simone Morgagni (SNCF, R&D Experience & Cognition) and Valérie Gyselinck (IFSTTAR, Psychology of Behaviour and Mobility lab), we are looking for enthusiastic master students to carry on several experimental works linked to the project (see abstract below).

  • Sujet/Topic 1: conception du protocole, collecte, et analyse de données comportementales sur la perception du temps. / Designing, collecting and analyzing behavioral data focused on time perception;
  • Sujet/Topic 2: conception du protocole, collecte, et analyse de données comportementales sur les interférences entre la perception spatiale et la perception du temps. / Designing, collecting, and analyzing behavioral data focused on interplay between time and space perception;
  • Sujet/Topic 3: conception du protocole, collecte, et analyse de données comportementales sur la prise de décision en fonction des représentations graphiques spatiotemporelles des réseaux de transport. / Designing, collecting, and analyzing behavioral data.

WILDTIMES résumé

Le temps, l’espace et la durée sont imbriqués dans notre vie quotidienne, et pourtant ils ont rarement été étudiés ensemble dans des situations réelles. Le projet WildTimes initie une ligne de recherche ambitieuse reliant la cognition temporelle et la cognition spatiale chez les humains en situation de déplacement. Ce projet propose d’ouvrir une voie possible sur la façon dont le cerveau humain cartographie le temps lors de trajets complexes. WildTimes a pour ambition de contribuer à la recherche fondamentale en opposant, sur la base de données empiriques, des théories actuelles sur la manière dont le cerveau humain se représente le temps, mais contribuera également à des applications pratiques notamment par le développement ou l’amélioration d‘outils d’aide à la mobilité. Dans ce projet, nous interrogerons l’impact des technologies actuelles de transport sur notre représentation du temps et en retour, la façon dont le temps ressenti peut influer sur le choix de nos modes de transports et de nos itinéraires. Le premier objectif visera à établir si les actuelles observations de laboratoire sur la perception du temps – et ses illusions – résisteront au test des observations de la vie réelle dans des milieux écologiques et technologiques. Nous mettrons à l’épreuve plusieurs paradigmes expérimentaux caractérisant la perception subjective du temps, en laboratoire et en situation de mobilité. Notre second objectif doit son origine à la divergence qui, avec les progrès des modes de transport, a confronté notre cerveau à des informations divergentes entre les distances spatiales parcourues et le temps nécessaire pour les parcourir. Par exemple, si un pas en marche moyenne produit typiquement un déplacement spatial de 5 km par heure (~ 3,1 miles), nos moyens de transport actuels ont largement augmenté l’appréciation relativiste des distances par rapport au temps. Du point de vue des neurosciences cognitives, la notion de cartographie fonctionnelle est centrale pour la représentation spatiale et temporelle de l’environnement: les cartes cognitives sont un système de représentations permettant à un individu de déduire sa position dans l’environnement. Nous interrogerons ainsi comment le temps et l’espace interagissent lorsqu’ils ne sont pas totalement congruents avec le moi corporel. Notre troisième objectif est d’approfondir notre compréhension des interactions entre temps et espace en situation de mobilité afin de caractériser la manière dont les individus choisissent leurs itinéraires dans les transports en commun, comment l’expérience subjective du temps et de l’espace contribuent à ce choix et vont éventuellement à l’encontre des distances et temps objectifs de parcours. Ces informations permettront d’optimiser les actuels processus et systèmes d’information voyageurs. Pour répondre à ces trois objectifs, nous nous appuierons sur le recueil de données comportementales classiques et nous utiliserons une méthode de neuroimagerie mobile non-invasive lors des trajets afin de quantifier les réponses cérébrales à la perception du temps lors de voyages réels. Le projet WildTimes contribuera à comprendre comment le cerveau humain se représente le temps dans des situations réelles. En caractérisant l’impact de différents contextes de mobilité sur la perception subjective du temps, nous initierons la compréhension de la part du subjectif dans la prise de décision concernant les itinéraires en transport en commun, et aiderons ainsi à élaborer de nouveaux outils d’aide à la navigation. Notre projet ouvrira de nouvelles voies empiriques pour étudier la perception du temps tout en offrant de nouvelles perspectives et de nouveaux outils permettant d’améliorer la mobilité quotidienne des voyageurs.

WILDTIMES abstract

Time, space and duration are intertwined concepts of our daily life, yet they have rarely been assessed together in real-life situations. The WildTimes project will initiate an ambitious line of research bridging temporal and spatial cognition in humans during real-world navigation, and pave the way towards understanding how the human brain maps time during complex travels. WildTimes will contribute to fundamental research by empirically contrasting theories of how the human brain represents time, and to practical applications with the conception and the optimization of novel tools to help individuals navigate transportation networks. In this project, we will question how, nowadays, transportation technologies have affected our representation of time, and in turn, how our representation of time affects the transport mode or the itinerary we select. In our first objective, we wish to establish whether typical lab observations on temporal perception – and its illusions – sustain the test of real-life observations in ecological settings. We will elaborate and put to the test several experimental paradigms typically characterizing an individual’s perception of time, in the lab and during transportation. In our second objective, we depart from the observation that with the advances of transport modes, our brain is confronted with discrepant information between the spatial distances that are being travelled, and the time it takes to travel them. For instance, if an average walking pace typically produces a spatial displacement of the self of 5 km (~3.1 miles) an hour, our current means of transportations largely increased the relativistic appreciation of distances with respect to time. In cognitive neuroscience, the notion of cognitive map is central for the spatial and temporal mapping of the environment: cognitive maps are a system of representations in the brain enabling an individual to infer its position in the environment. In our second objective, we will thus ask how time and space interact when not fully congruent with the bodily self. In a third objective, we will build on our understanding of time perception and its interaction with space during transport to address how participants may choose particular itineraries in public transports, weight the subjective experience of time and space against veridical information and seek to perfect current means of informing users for better travel experiences. Transversal to all three goals, we will collect behavioral and non-invasive neuroimaging data to assess brain responses during timing tasks in the wild i.e. during public transport. The WildTimes project will help address how the human brain represents time in real-world situations. By characterizing the impact of real-life transports on time perception, we will help understand subjective processes in decision-making for choosing between transport itineraries, in turn helping the elaboration of new tools to help navigation. Our project will thus open new empirical avenues to study time perception while providing novel insights and tools to help travelers in their transport choices.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

220 Aruba FTP Server

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.