Nous restons assis,
fiers de garder dans les mains
le combat, les morts
et tout le sang des nos dieux

Tous marchant au même pas
inclinés à la même inclinaison
foulant du pied cette douleur,
avec un même; identique élan.

Nous, l’arrogance de ne pas aller plus loin ;
dans la calme apathie de l’habitude
dans la chaise longue, dans le plaisir
d’inciter les autres à nous imiter.

Au point de croire, nous mêmes,
aux habits d’or et lumière
de ce mois le plus froid.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

220 Aruba FTP Server

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.